EURODECISION aide OCP à révolutionner la distribution des médicaments en France

Pour améliorer la disponibilité des médicaments dans les 16 000 officines de son réseau, le répartiteur pharmaceutique OCP a créé en 2016 une plateforme de Centralisation et de Synchronisation des Stocks (PCS). Face à son succès, et afin de lisser son activité tout en augmentant son taux de service, OCP a fait appel à EURODECISION.

« Nous devions trouver le moyen de limiter la variabilité de nos flux, alors que nous travaillons avec une maille de planification très courte, explique Pierre-André Lamongie, directeur supply chain du répartiteur pharmaceutique OCP. Nous avons demandé à EURODECISION de développer pour nous un outil d’aide à la décision, prenant en compte diverses contraintes comme les urgences, nos capacités de préparation, celles de nos établissements pharmaceutiques, la disponibilité des transporteurs... ». 1 000 palettes de médicaments, représentant 35 000 références issues de 600 laboratoires, sont expédiées chaque jour auprès de 39 établissements pharmaceutiques, dépôts qui acheminent ensuite les produits vers 16 000 officines réparties sur tout le territoire. Sur un marché du médicament international, de plus en plus tendu, voilà ce que gère la plateforme de Centralisation et de Synchronisation des Stocks (PCS) d’OCP, créée en 2016 à Baule (45). Elle est chargée de réceptionner et massifier les commandes de médicaments, avant de les envoyer aux établissements pharmaceutiques, afin d’augmenter leur disponibilité en les livrant deux fois par jour, 6 jours sur 7, plutôt qu’une seule fois par semaine quand les commandes étaient adressées directement aux laboratoires. Ce modèle révolutionnaire pour le marché du médicament n’existe nulle part ailleurs en Europe et a tout de suite séduit les salariés d’OCP, les officines de son réseau et les laboratoires partenaires, qui y ont vu le moyen de simplifier la logistique et de réduire les risques de rupture de stocks tout en diminuant l’impact carbone.

Lisser l’activité grâce à un module simple et à la mise en place rapide

Néanmoins, face au nombre de commandes, à une maille planification très courte et à un marché tendu, PCS doit gérer une forte variabilité des flux. D’un jour sur l’autre, le nombre d’unités expédiées peut en effet passer de 1,4 à 2 millions. « Or, les équipes ne sont pas dimensionnées pour absorber de tels pics et le recours à l’intérim n’est pas une option pour notre secteur sensible » commente Pierre-André Lamongie. Pour la plateforme, comme pour les 39 établissements pharmaceutiques qui s’occupent de répartir les commandes auprès des officines, lisser l’activité était donc devenu une nécessité. Ne trouvant pas la solution avec SAP, OCP a donc contacté EURODECISION, qui a alors implémenté son module SCOP Capacity Planning, directement intégré sur le fichier Excel reprenant toutes les lignes de commandes du jour. Quand ces lignes sont trop nombreuses pour les capacités de préparation de PCS, pour celles des établissements pharmaceutiques ou pour le nombre de camions disponibles, l’outil d’EURODECISION le perçoit et suggère les « coupes » à effectuer en fonction des paramètres définies par OCP. Les opérateurs réintègrent ensuite la nouvelle liste dans le WMS, et la préparation peut commencer avec la prise en compte des contraintes de PCS et de celles des dépôts.

« Grâce à ces suggestions de coupe, nos équipes gagnent du temps et peuvent se concentrer sur d’autres taches » se réjouit le directeur supply chain, qui voit également son taux de service auprès des établissements pharmaceutiques augmenter. Autre avantage de l’outil proposé par EURODECISION, l’intégration s’est faite rapidement et sans bouleversement de la structure informatique d’OCP. Après une phase de POC (Proof of Concept) et un premier déploiement sur 6 établissements pharmaceutiques, la solution a en effet été mise en place en moins de trois mois sur l’ensemble du réseau. « Par ailleurs, l’outil d’EURODECISION nous permet de mieux anticiper notre besoin en camions, de mieux les remplir et par conséquent de réduire notre empreinte carbone, ajoute Pierre-André Lamongie. Un argument supplémentaire pour continuer à optimiser le module ».